Bèth cèu de Pau

Dernière modification: 25/04/2013

Retour à l'index (Sommaire)


Le village _ les saisons _ les légendes _ l'histoire _ photos anciennes _ Sévignacq  _ Escoubès  _ Monassut-Audirac _ Lussagnet-Lusson _ Lannecaube _ Morlaàs _ Lembeye _ les vieux papiers _ cuisine _ gîte et couvert _ les légumes _ les Pyrénées _ voitures anciennes _ la maison béarnaise _ petites annonces _


Bèth cèu de Pau
est, avec "Montagnes Pyrénées", certainement la chanson la plus connue et la plus chantée...

 

Bèth cèu de Pau, quan te tornarèi véder ?

Qu’ei tant sofèrt despuish que t’èi quitat.

Si’m cau morir shens te tornar revéder,

Adiu bèth cèu t’aurei plan regretat.

Qu’auri volut, Bearn, cantar ta gloèra,

Mes ne poish pas car que soi trop malaut.

Mon Diu, mon Diu ! deishatz-me véder enqüèra

Lo cèu de Pau, lo cèu de Pau.

Mon Diu, mon Diu ! deishatz-me véder enqüèra

Lo cèu de Pau, lo cèu de Pau.

 

Ger qu’èri sol, dens ma trista crampeta

A respirar lo perfum deu printemps

Quan, tot d’un còp, ua prauba irongleta

Possa un gran crit e puish en mèma temps,

Un esparvèr cor sus la berogina :

« Ça-i, ça-i, t’aci, jo ne’t harei pas mau !

Rentra dehens, que’n parlaram praubina,

Deu cèu de Pau, deu cèu de Pau.

Rentra dehens, que’n parlaram praubina,

Deu cèu de Pau, deu cèu de Pau.

 

Qu’as-tu pensat la mia prauba amiga

De viatjar sola, shens nat secors ?

Repausa un drin, de córrer que fatiga

Aci n’as pas a crànher los vautors.

Perqué tremblar ! Ò n’es pas presonèra,

Que pòts partir, si n’èi pas çò qui’t cau.

Repren ton vòl, vè’n voltijar leugèra

Au cèu de Pau, au cèu de Pau.

Repren ton vòl, vè’n voltijar leugèra

Au cèu de Pau, au cèu de Pau.

 

Es que te’n vas, beròja messatgèra…

Adiu, adiu ! shens tu que’m vau morir.

Car lo Bon Diu entà  d’eth que m’apèra.

Puishque te’n vas, ve-te’n tà la montanha,

Ve’n har ton nid devath noste portau.

Qu’auràs de tot, tà tu e ta companha,

Au cèu de Pau, au cèu de Pau !

Qu’auràs de tot, tà tu e ta companha,

Au cèu de Pau, au cèu de Pau ! »

 

Auteur : Darrichon (1849-1887)

 

 

Traduction :

Beau ciel de Pau, quand te reverrai-je ?

J’ai tellement souffert depuis que je t’ai quitté.

S’il me faut mourir sans te revoir,

Adieu beau ciel je t’aurai bien regretté.

J’aurais voulu, Béarn, chanter ta gloire,

Mais je ne peux pas car je suis trop malade.

Mon Dieu, Mon Dieu, laissez-moi encore voir

Le ciel de Pau, le ciel de Pau !

 

Hier, j’étais seul dans ma triste chambrette

Ầ respirer le parfum du printemps

Quand tout à coup, une pauvre hirondelle

Pousse un grand cri et puis au même instant,

Un épervier fond sur la mignonnette :

Viens ! Viens ici, moi je ne te ferai pas mal !

Entre, nous parlerons pauvrette.

Du ciel de Pau, du ciel de Pau !

 

Ầ quoi as-tu pensé ma pauvre amie

Pour voyager seule sans aucun secours ?

Repose un peu, courir ça fatigue.

Ici, tu n’as pas à craindre les vautours.

Pourquoi trembler ! Oh ! tu n’es pas prisonnière ;

Tu peux partir si je n’ai pas ce qu’il te faut.

Reprends ton vol, va voltiger légère

Au ciel de Pau, au ciel de Pau !

 

Mais tu t’en vas, jolie messagère

Adieu ! Adieu ! Sans toi je vais mourir.

Car le Bon Dieu à lui m’appelle,

Demain peut-être, je ne serai plus ici.

Puisque tu t’en vas, va t’en à la montagne,

Va faire ton nid sous notre portail.

Tu auras de tout, pour toi et ta compagne,

Au ciel de Pau ! Au ciel de Pau !

 

 


Retour à l'index (Sommaire)