Dernière modification: 23/08/2017

Retour à l'index (Sommaire)


histoire de Sévignacq _ famille de Landresse _ église romane _ Le petit train _ Photos anciennes _ le sport _ équipes de rugby _ les cagots _ actualité _ loubée _


retour à la page du sport


Petite conversation entre Soyfa et moi,
en novembre 2013.


Soyfa Cazalis, 3° en partant de la gauche, avec son équipe.

 

Petite conversation avec Soyfa

À quel âge as-tu commencé à faire de la gymnastique ?

J’ai commencé à l’âge de six ans à l’Union Sportive Paloise.

Pourquoi à huit ans la gymnastique te plaisait ?

Ça m’a toujours plu, parce que c’est physique, ça demande de l’adresse, de la précision, et j’aime beaucoup le côté artistique.

Comment faisais-tu pour suivre les cours et où allais-tu ?

La plupart du temps, pour aller à la gym, c’est mon père qui m’emmenait. Il revenait du travail, à Jurançon, et nous repartions ensemble à Pau, trois fois par semaine.

Quelle a été ta première compétition ?

Ma première compétition, c’était à Billère, j’avais sept ans. Je suis arrivée deuxième. C’était une grande surprise, car je n’aurais même pas été surprise si j’étais arrivée dernière !

Jusqu’à présent, quel a été ton meilleur résultat ?

Mon meilleur résultat a été à Saint Etienne où je suis arrivée première au Championnat de France. J’étais heureuse quand on m’a remis cette médaille en or. J’ai même pleuré de joie : j’avais onze ans.

Quand es-tu partie à Marseille ?

Je suis partie en Sport-Études à Marseille à l’âge de dix ans, pour l’entrée en sixième. J’ai mis très peu de temps à m’adapter, car j’ai tout de suite trouvé les camarades très sympas, et j’ai beaucoup d’amies.

En quelle classe es-tu ?

Je suis en quatrième. Mon emploi du temps est partagé entre les études et les entraînements. C’est parfois très fatigant, mais j’aime tellement ce que je fais ! Et puis mes activités sont très variées. Même à l’entraînement, je ne fais pas toujours la même chose.

Ressens-tu toujours la même passion pour la gymnastique ?

Comme pour toutes les gymnastes, il y a des hauts et des bas, mais jamais de « ras le bol ».

Comment envisages-tu ton avenir ?

J’aimerais devenir kiné, mais pas forcément dans le milieu sportif.

 

            


Retour à l'index (Sommaire)
 

retour à la page du sport


histoire de Sévignacq _ famille de Landresse _ église romane _ Le petit train _ Photos anciennes _ le sport _ équipes de rugby _ les cagots _ actualité _ loubée _